Logo belgique21.tv
Inscription Newsletter belgique21.tv
Reseaux Sociaux



 
Favoris et Partage

Besoin de Nurofen, de Dafalgan ou de Strepsils en Belgique ? Il vous faudra débourser bien plus que si vous étiez en France. C’est ce que révèle une étude publiée le 15 mai 2017 par le bureau Dedicated, à la demande du groupe Medicare Market. Après avoir relevé les prix d’une dizaine de médicaments sans ordonnance très courants, les enquêteurs ont conclu que ces médicaments étaient en moyenne 25% plus chers en Belgique. La raison ? Pour Yvan Verougstraete, administrateur délégué du groupe Medicare Market, c’est la conséquence d’un manque de concurrence et de transparence dans ce secteur. « Il n’y a pas de possibilité, quelque part, de transparence sur les prix et ce qui fait qu’aujourd’hui, 99% des pharmacies appliquent le même prix, et qui plus est le prix maximal légalement autorisé sur les médicaments non remboursés », a-t-il expliqué à RTBF, avant d’ajouter : « Nous avons vécu, en tout cas dans certaines de nos pharmacies, des reproches de l’ordre, simplement parce que notre pharmacien avait appliqué, avait indiqué, affiché le prix maximal légal autorisé et le prix qu’il pratiquait lui-même ».

Contenu de la vidéo : Besoin de Nurofen, de Dafalgan ou de Strepsils en Belgique ? Il vous faudra débourser bien plus que si vous étiez en France. C’est ce que révèle une étude publiée le 15 mai 2017 par le bureau Dedicated, à la demande du groupe Medicare Market.
Après avoir relevé les prix d’une dizaine de médicaments sans ordonnance très courants, les enquêteurs ont conclu que ces médicaments étaient en moyenne 25% plus chers en Belgique.
La raison ? Pour Yvan Verougstraete, administrateur délégué du groupe Medicare Market, c’est la conséquence d’un manque de concurrence et de transparence dans ce secteur.
« Il n’y a pas de possibilité, quelque part, de transparence sur les prix et ce qui fait qu’aujourd’hui, 99% des pharmacies appliquent le même prix, et qui plus est le prix maximal légalement autorisé sur les médicaments non remboursés », a-t-il expliqué à RTBF, avant d’ajouter : « Nous avons vécu, en tout cas dans certaines de nos pharmacies, des reproches de l’ordre, simplement parce que notre pharmacien avait appliqué, avait indiqué, affiché le prix maximal légal autorisé et le prix qu’il pratiquait lui-même ».

Mots clés liés : Belgique, France, médicaments, nurofen, dafalgan, stepsils, medicare market, Yvan Verougstraete, ordonnance

Image pour les réseaux sociaux :
 
 
 
 
   

 

Nous Contacter 
 Belgique21.tv disclaims any responsibility for the content of infomercials and film coverage aired on Belgique21.tv